Happy End et Mahagonny Songspiel

Distribution

De Bertolt Brecht et Kurt Weill
Mise en scène : Jean Lacornerie
Direction musicale : Bernard Yannotta
Chorégraphie : Philippe Priasso
Décors et costumes : Robin Chemin
Lumières : Stefan Mackenzie-Main
Avec
Marie-Christine Piatowski, soprano
Angelica Cathariou, mezzo-soprano
Sébastien Droy, ténor
Didier Verdeille, ténor
Gilles Bugeaud, baryton
Olivier Lacoste, basse
Alexis Galpérine, Isabelle Perez, violons
Fabien Gabel, Emmanuel Collombert, trompettes
Richard Malblanc, Jessica Bessac, clarinettes
Stéphane Paris, trombone
Richard Foy, saxophone
Michel Visse, percussion
Nelly Fourcade, piano

Résumé

Sortons de l’institution du théâtre ou de l’opéra pour jouer devant un autre public! Inventons de nouvelles formes de théâtre chantées plus légères, sans chœur ni orchestre symphonique !
C’est ce que Bertold Brecht et Kurt Weill ont voulu faire en créant un genre qu’ils appelèrent songspiel conçu pour une formation légère de musiciens et de chanteurs. C’est peu dire que soixante-dix ans plus tard, l’esprit de joyeuse contestation de l’institution et l’exigence d’invention de Brecht et Weill résonne toujours pour nous comme un manifeste. Ainsi s’expriment Jean Lacornerie et Bernard Yannotta, qui ont choisi pour constituer leur nouveau spectacle, deux songspiel très différents de caractère, mais qui sont animés d’un même souci d’acuité et de concision dans les moyens musicaux et théâtraux.

Happy End est de la même veine que l’Opéra de quat’sous où Brecht et Weill utilisaient la musique pour faire voler en éclats les stéréo­types psychologisants du théâtre bourgeois. Tout à coup, abandonnant ses partenaires et la situation qu’il était en train de jouer, un acteur se mettait à chanter en prenant directement le public à partie. La musique glissait sous le message politique un commentaire ironique qui lui donnait une autre saveur et un second degré. C’est la combinaison explosive des poèmes de Brecht et de la musique de Weill qui fait la force de ce premier morceau. Pleinement représentative de l’américanisme des années vingt et jouant délicatement sur la nostalgie dans les songs, la pièce décrit l’environnement de la pègre de Chicago parmi lesquels certains sont devenus de vrais « hit » comme « Surabaya Johnny ».

Mahagonny Songspiel est une tout autre tentative, encore plus radicale. Ce fut la première collaboration entre les deux créateurs, et leur idée était de refonder le genre de l’opéra. Pour cette pièce, Jean Lacornerie et Bernard Yannotta ont choisi de mettre en musique et en scène une thématique (l’argent et ses rapports avec le plaisir) et non une histoire, des champs de tensions, des rapports de force, des attractions et des répulsions entre les êtres. Cette fois-ci, il n’y aura pas d’intrigue, même pas de situations, à peine des personnages ! Six voix (deux femmes et quatre hommes, déçus par leur vie récente passée à trimer dans les mines d’or, qui espèrent trouver dans la ville de Mahagonny l’eldorado du succès et du plaisir) hanteront de leurs présences plus ou moins juxtaposées cette ville métaphore du capitalisme.

Spectacle chanté en allemand et surtitré. Dialogues de Happy End traduits et joués en français.

< Événement précédentJeanne Cherhal
Événement suivant >Shake

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

PARTAGER SUR LES RÉSEAUX

Partagez vos archives !

Vous avez des photos, un programme, une affiche de cet événement ? Partagez vos souvenirs, nous les rajouterons sur cette page.

Happy End et Mahagonny SongspielDe Bertolt Brecht et Kurt Weill <br> Mise en scène : Jean Lacornerie <br> Direction musicale : Bernard Yannotta <br> Chorégraphie : Philippe Priasso <br> Décors et costumes : Robin Chemin <br> Lumières : Stefan Mackenzie-Main <br> Avec <br> Marie-Christine Piatowski, soprano <br> Angelica Cathariou, mezzo-soprano <br> Sébastien Droy, ténor <br> Didier Verdeille, ténor <br> Gilles Bugeaud, baryton <br> Olivier Lacoste, basse <br> Alexis Galpérine, Isabelle Perez, violons <br>Fabien Gabel, Emmanuel Collombert, trompettes <br> Richard Malblanc, Jessica Bessac, clarinettes <br> Stéphane Paris, trombone <br> Richard Foy, saxophone <br> Michel Visse, percussion <br> Nelly Fourcade, piano