Paper cut

Distribution

Créé et joué par Yael Rasooly
Texte : Yael Rasooly, Lior Lerman
Décor : Yaara Nirel, Lior Lerman
Son : Binya Reches
Lumières : Adam Yakin
Avec le soutien de : Train Théâtre, Jérusalem et Rabinovich Foundation for the Arts

Résumé

Comment transformer son bureau de secrétaire de direction en studio de la Warner ? Avec une imagination débordante et des revues découpées, triturées, desquelles naissent des figurines-héroïnes plus vraies que nature… Cette jeune femme esseulée, un brin fantasque et passionnée de cinéma américain des années 40 nous entraîne dans les scènes du septième art les plus mythiques : dialogues enflammés et bande originale en bonus. Mais sa réalité se mêle à la fiction et du doux rêve romantique au cauchemar hitchcockien, il n’y a qu’un pas… 

Telle une enfant qui s’amuse et se raconte des histoires avec ses jouets, Yael Rasooly nous transporte dans son univers de papiers : photos en noir et blanc, pages de magazines déchirées sont autant de personnages et de décors qu’elle manipule avec délicatesse et fantaisie. Ce seule en scène est réjouissant tant il est inventif et subtil. Et si l’humour donne le ton général, le spectacle aborde également, avec plus de gravité, la solitude et l’obsession des fantasmes romantiques. Un bel hommage au cinéma mais aussi à la fragilité des êtres humains, tout en noir et blanc. 

Yael Rasooly, par ailleurs chanteuse éclectique (de la musique médiévale au jazz…), a reçu plusieurs prix dans le monde des arts de la marionnette, notamment pour ce spectacle qui a déjà fait plusieurs fois le tour du monde. 

< Événement précédentLe petit Chaperon Rouge
Événement suivant >Une petite douleur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

PARTAGER SUR LES RÉSEAUX

Partagez vos archives !

Vous avez des photos, un programme, une affiche de cet événement ? Partagez vos souvenirs, nous les rajouterons sur cette page.

Paper cutCréé et joué par Yael Rasooly<br> Texte : Yael Rasooly, Lior Lerman<br> Décor : Yaara Nirel, Lior Lerman<br> Son : Binya Reches<br> Lumières : Adam Yakin<br> Avec le soutien de : Train Théâtre, Jérusalem et Rabinovich Foundation for the Arts